Lycée Pierre-Adrien Pâris

Lycée des métiers de la construction durable


Bilan de notre action en 2010/2011

BILAN DE NOTRE ACTION D’AIDE AU DEVELOPPEMENT

AU BURKINA FASO en 2010/2011


PRESENTATION DU GROUPE DES ACTEURS FRANÇAIS

Le déplacement s’est effectué sur le temps des vacances de la Toussaint 2011 et une partie sur le temps scolaire pour une durée de 21 jours : du 31 octobre au 20 novembre 2011.
Le groupe de 24 personnes était composé


INTRODUCTION

Afin de réaliser toutes les actions souhaitées par le conseil municipal de la commune de Douroula, de l’association du Développement du Département de Douroula (A.D.D.D.) et de la population, il a fallu plusieurs rencontres sur le terrain pour affiner les projets et effectuer une étude de faisabilité, bien des échanges de courriers et un an de préparation, de sensibilisation et d’éducation des jeunes mais aussi pour réunir les fonds nécessaires à la réussite des projets.

Notre séjour a encore permis d’approfondir davantage et de comprendre un peu mieux le fonctionnement et l’évolution de l’Afrique avec une présence forte des traditions.

Malgré l’attitude peu constructive de certains responsables et notables nous pouvons néanmoins constater que le travail de concertation conduit avec l’ADDD nous apporte un meilleur soutien et nous accompagne dans une réelle politique de développement elle est également très présente pour nous faciliter notre séjour.
Une réunion de concertation et d’organisation du séjour a eu lieu avec le maire Yacouba SOARE, les notables, les administratifs, l’ADDD représentée par M GO Souleman de Bobo, les chefs coutumiers et religieux et les responsables de la santé Cette rencontre a permis aussi de présenter les actions et te mettre en place des réunions avec les responsables de la boulangerie et d’aborder le problème de l’électrification du CSPS. Il nous a été remis comme convenu dans nos accords la somme 492000 FCFA soit 750€ qui représente les 10% de la participation de la commune pour la construction de la gare routière.

Les projets se sont déroulés dans un vrai état d’esprit de coopération pour plusieurs raisons, la population et les ressortissants de Douroula ont participé financièrement au projet de la gare routière, une participation physique de la population et de sept burkinabé ayant déjà acquis des compétences en maçonnerie lors de nos derniers chantiers a été effective ; ces personnes ont été rémunérées. Enfin, l’ADDD nous a beaucoup facilité les réunions et également participé à celles-ci pour trouver des solutions.

Notre séjour s’est déroulé en trois temps :


PRESENTATION DES PROJETS REALISES

01. CONSTRUCTION D’UNE GARE ROUTIERE AVEC BOUTIQUES SUR DOUROULA

Ce projet se situe dans le prolongement d’un complexe boutiques / maquis que nous avons réalisé en 2008. Il est situé en bordure de la RN 10 très fréquentée par des lignes de bus et autres véhicules. Cet édifice permettra de recevoir les colis, courriers et les voyageurs. Il accueille également deux nouvelles boutiques qui sont déjà affectées. La gare sera gérée par une personne sous la tutelle de la mairie.

Ce nouveau bâtiment permet de viser plusieurs objectifs : dynamiser les commerçants et le maquis déjà présents sur cet espace par les voyageurs qui s’arrêteront à la gare routière, sédentariser d’autres commerces afin de répondre aux besoins de la population, accueillir à court terme le marché situé au centre du village et recueillir des ressources financières pour la mairie par la location des espaces et les taxes afin de construire d’autres boutiques.

Ce projet réalisé en 12 jours avec la participation de l’entreprise Sanou Maurice partenaire d’AFRIQ’ENERGIES et des villageois pour un montant de 7500 € dont 10% financé par la population et les ressortissants de Douroula.

Ce chantier fut dirigé par 2 élèves BTS


02. AMENAGEMENT DU MUSEE

En 2005 nous avons construit un musée en concertation avec l’archéologue Lassina KOTE, chercheur à l’université de Ouagadougou.
Il avait effectué des fouilles sur Douroula très importantes et découvert un mobilier archéologique très riche ainsi que des fours à réduction de minerais de fer datant de 4 siècles avJC.

Afin de permettre aux visiteurs de visualiser et de mieux comprendre le fonctionnement d’un four il a été convenu avec l’archéologue de réaliser la maquette d’un four pédagogique à réduction de minerais de fer.
En effet, ce four à usage unique permettait d’obtenir une loupe de fer piégée mais il fallait le détruire pour récupérer cette loupe. Cette technique évoluera très rapidement à travers les guerres entre les ethnies : un exutoire sera créé qui supprimera la destruction du four.


03. REHABILITATION DES CLASSES PRIMAIRES CONSTRUITES EN 1987/ 89/90 A DOUROULA

Un état des lieux avait été effectué lors de nos séjours précédents pour faire suite à une demande des instituteurs qui relataient de mauvaises conditions de travail : murs noirs, tableaux inutilisables, manque de clarté, difficulté de lecture Elles n’avaient pas été rénovées depuis leur construction.

Deux classes pour les CE2 et CM3 ont donc été rénovées par les élèves français sous la responsabilité d’un professeur avec la participation des membres l’association des parents. (l’APE) et des écoliers. Les murs ont été peints en clair afin d‘apporter plus de lumière et donner de bonnes conditions de travail aux élèves et au maître.

Les tableaux ont été repeints à l’ardoisine noire pour faciliter la lecture et l’écriture

Une frise à été réalisée pour représenter d’un coté des éléments typiques du pays et de l’autre des images de Franche Comté. Les deux frises se rejoignent au centre symbolisé par deux personnages qui se serrent la main en signe d’amitié.
Le mot amitié est d’ailleurs inscrit en dioula et en français.
Dans la deuxième salle une autre frise a été réalisée par l’empreinte de toutes les mains des élèves soit 68 au total avec des couleurs variées.

Hommage aux Fondateurs
Ces classes ont été construites grâce à la rencontre de deux hommes Blamami KOTE et Charles BAUDOIN.
Afin de garder la mémoire, il nous a semblé juste de le rappeler aux jeunes générations et de rendre hommage aux pères fondateurs du jumelage Besançon Douroula en posant une plaque relatant l’engagement de ces deux hommes et la première implication du lycée Pierre Adrien PÂRIS.
Nous avons apporté cette plaque qui sera posée par la mairie lors d’une cérémonie.


04. REORGANISATION DE LA BOULANGERIE DE DOUROULA

Ce projet que nous avons réalisé en 2001 était géré par un groupement de femmes provenant des 9 quartiers de Douroula sous la présidence de Mme KAETA Zata. Ce projet collectif fonctionnait plus ou moins bien car des différents existaient entre les quartiers (tous les projets collectifs posent problèmes sur ce secteur alors que les projets individuels sont une réussite) et le partage des bénéfices posait également problème.

Pendant notre séjour les femmes on assuré la fabrication du pain (100 pains par jour) nécessaire à notre groupe. Tout le monde reconnaît la qualité du pain par rapport au pain industriel fabriqué à 25 km à Dédougou.

Une réunion a été organisée en présence de KONATE Lassina membre de L’ADDD, SOARE Boulaye du CVD, les femmes ; le gérant du maquis SOARE Siaka et du directeur du collège M. KONATE afin d’évaluer la situation, de réorganiser le fonctionnement entre les femmes, de définir d’autres perspectives sur le fonctionnement de la boulangerie mais aussi d’augmenter la production par rapport aux besoins locaux en vue d’apporter plus de revenus aux intéressées.

Après concertation il a été décidé : de mettre en place une nouvelle équipe restreinte , volontaire et motivée composée de quatre femmes : Sita DEMBELE (présidente ), IRA Azita (trésorière ),Oulé KARIDJIA ( Vente ) Mme ZERGO (achat des ingrédients).
KAETA Zata se désengage volontairement de la boulangerie.
Un contrat a été signé entre la mairie, Afriq’Energies et les femmes.

Un engagement a été pris pour diversifier les produits (petit pain, brioche, pizza...) en utilisant les fiches plastifiées de fabrication réalisées en 2005. Elles fourniront le maquis, le collège (190 élèves n’ayant pas de cantine) et assureront la vente tous les jours sur Douroula et les jours de marché ainsi qu’à l’arrêt de bus (gare routière).
Afin de relancer cette unité de production et d’apporter une mise de fonds aux femmes motivées il a été décidé d’offrir un sac de 50 kg de farine (coût 22000 FCFA soit 33.6 €. Cet achat par sac de 50kg permettra de diminuer le prix de revient et d’augmenter le bénéfice.
La nouvelle équipe était opérationnelle le lundi 14 novembre 2001..Lors de notre dernier contact, confirmation a été donnée que le pain est bien livré aux différents consommateurs
L’ADDD suivra de près ce projet et son développement.


05. SOUTIEN A LA GESTION D’UN MAQUIS

Beaucoup de maquis connaissent des problèmes d’organisation et de gestion.

Une action a donc été menée sur le fonctionnement du maquis, créé en 2008 par Afriq’Energies : état des lieux et accompagnement / conseils auprès de Monsieur Siaka SOARE gérant du maquis à Douroula : vente de boissons et spiritueux, préparation et vente de plats chauds, vente de gaz, vente de cartes téléphoniques, vente de cigarettes à l’unité, vente de pain.

Les locaux : le maquis et ses deux boutiques :

La clientèle :

Gestion et bilan financier :

Conclusion


06. ELECTRIFICATION DU DISPENSAIRE ET DE LA MATERNITE DE DOUROULA

Lors de notre visite en juin 2011 nous avions constaté que la maternité et le dispensaire n’avaient pas été pris en compte dans les priorités concernant l’électrification des bâtiments publics.

La major du Dispensaire Mme OUATARA nous a confirmé ce constat et relaté les mauvaises conditions de travail, surtout la nuit, dues à la vétusté des accus des panneaux photovoltaÏques qui produisent très peu d’énergie.

Ces doléances ont été prises en compte afin de donner de bonnes conditions de travail, assurer le bon fonctionnement du réfrigérateur et conserver les médicaments dans des conditions convenables. Nous réalisons nous-mêmes l’installation : démarches administratives, achat des matériaux et matériels, construction d’un abri pour le compteur, réalisation de deux réseaux souterrain et aérien. Ces travaux ont été financés par le Club ORPHE de Chaumont et Afriq’Energies pour un montant de 300 €.


07. PRESENTATION DE L’UNION EUROPEENNE

Afin de répondre à une demande des établissements scolaires : collège de Douroula et lycées de Dédougou, des séances d’information sur la construction de l’Union Européenne, son évolution, ses institutions et ses actions ont été animées par une bénévole de l’Association AGIR abcd qui intervient dans les établissements scolaires de Franche-Comté pour le compte de la Maison de l’Europe « Europe direct Franche-Comté ».
3 séances ont été programmées par Malachie DAKUYO, responsable de l’alphabétisation, animateur culturel et les responsables locaux.

Un montage « PowerPoint » « Eurolycée » produit par la « Maison de l’Europe » a servi de support à l’exposé. Des cartes et de la documentation ont été remises aux représentants de chaque établissement.
L’attention a été intense et le débat qui a suivi riche en échanges. Les auditeurs ont été séduits par les valeurs fondamentales de l’UE : la paix, la démocratie, la solidarité, les droits de l’homme…. et ont exprimé le souhait de voir se développer une Union des Pays d’Afrique dans un proche avenir.

Enfin, le lendemain de cette présentation, nous avons eu la surprise de rencontrer une étudiante de l’Université de Ouagadougou qui devait soutenir un mémoire de maîtrise et cherchait à nous joindre pour compléter sa documentation sur le sujet de l’UE ; quelques points ont été précisés et des documents lui ont été remis.

Au cours de ces animations, nous avons pu aborder les origines de l’UE, les critères d’adhésion, les valeurs communes, les symboles, l’élargissement, les institutions, les actions en direction des pays dits en voie de développement, notamment vers l’Afrique subsaharienne (2000 : accords de Cotonou, 2011 : accords de Ouagadougou) ainsi que l’action d’ECHO, service d’aide humanitaire d’urgence.

Tous ces thèmes, plus ou moins développés en fonction du niveau et de l’âge des auditeurs ont suscité beaucoup d’intérêt de la part des auditeurs. Est-ce dû à l’actualité ou au fait que ce sujet figure dans les programmes scolaires ?


08. ACTION SANTE AVEC LE DISPENSAIRE ET LA MATERNITE

Notre intervention fait suite à une demande des responsables de l’association Afriq’ Energies qui avaient rencontré la Major et la sage femme du dispensaire lors d’un voyage préparatoire en juin 2011. Celles-ci leur avaient fait part de besoins en médicaments, petit matériel chirurgical et équipement.

Dans un premier temps nous avons participé, avant le départ, à la préparation du groupe de jeunes lycéens sur le plan prévention santé. Parallèlement nous avons recherché des fonds pour mener nos différentes actions

Dès notre arrivée, la chaleur étant intense il a fallu assurer les soins nécessaires au niveau du groupe et cela n’a pas été de tout repos au vue du bilan, seul un étudiant et un adulte n’ont eu besoin de nos services. Mais heureusement tout s’est bien terminé pour tout le monde.

Localement, notre action a porté sur plusieurs points :

Dès notre arrivée nous sommes allées nous présenter au dispensaire afin de faire connaissance avec l’équipe qui nous a accueillies chaleureusement.

Mme Ouattara, la major, n’étant pas là ce jour là nous l’avons rencontrée le lendemain et avons affiné les besoins par rapport à notre intervention éducative et il a été décidé qu’elle porterait sur le sida auprès des collégiens en rapport avec notre don de préservatifs.

Nous avons aussi parlé de la possibilité d’électrifier la maternité, mais la Major m’explique qu’il serait mieux de parler du dispensaire qui comprend les deux bâtiments celui des consultations et soins et celui de la maternité ce qui va augmenter le coût de ces travaux !!! Il va falloir réfléchir…

Les jours suivants nous avons participé à la vie du dispensaire en observant tout d’abord puis en participant à différentes tâches comme :

Tout cela en accord et en compagnie de l’équipe en place de qui nous avons beaucoup à apprendre à tous les niveaux !!!

Action éducative sur la prévention du sida :

Action au niveau de l’électrification du dispensaire

Don de médicaments et de matériel

Conclusion :

Nous remercions vivement les associations et club qui nous ont soutenues dans cette action par leurs dons et sans qui les actions entreprises n’auraient pu voir le jour.

Pour information, après contact ce jour avec le dispensaire :


09. SOUTIEN A DEUX CENTRES DE FORMATION PROFESSIONNELLE EN BATIMENT

Le centre Zamsgo à Pabré

Ce centre a déjà bénéficié d’un soutien conseil, sur les plans pédagogique et financier.
_Nous avons participé en juin 2011 à l’évaluation de la première promotion sortante ainsi qu’au recrutement de la deuxième promotion.
_Nous nous sommes rendus au centre pour effectuer un bilan sur la rentrée et sur le fonctionnement de la mini pépinière entreprise artisanale mise en place en juin 2011

Conclusion : la rentrée s’est bien effectuée et les élèves qui ont bénéficié de la formation BTC pour créer une entreprise artisanale ont trouvé du travail temporaire mais Il reste à trouver des chantiers pour faire fonctionner l’entreprise.
Un projet avec la croix rouge luxembourgeoise va se mettre en place pour construire une nouvelle classe pour alphabétiser des jeunes en lien avec le centre de formation. Des contacts sont pris pour utiliser les compétences des jeunes formés pour la construction de cette classe en BTC.

Le centre Songré à Bioulmougou /Ouagadougou

Ce centre a déjà bénéficié d’un soutien pédagogique et financier de notre part. Le directeur du centre, Ignace ZOUGRANA, nous démontre une réelle volonté et une forte motivation pour donner un enseignement professionnel diversifié à des jeunes défavorisés.

Dans sa démarche de construction des bâtiments il a utilisé une technique de construction très intéressante qui est celle de la BTC (brique de terre comprimée améliorée de 8% de ciment) avec voûte nubienne, ce concept est moins coûteux, (moins 15 % que la brique de ciment), Elle supprime le BA (béton armé) et la tôle. De plus, elle apporte un confort thermique non négligeable.

Tous ces critères réunis nous amène à apporter un soutien en remettant une somme de 1000€ qui servira à terminer la deuxième classe pour ouvrir une section de menuiserie et de couture Un don en matériel a également été effectué.


ACTIVITES CULTURELLES :

« A LA DECOUVERTE DE L’AUTRE ET DE SA CULTURE »

Les séjours au Burkina Faso, et dans la commune de Douroula plus particulièrement, sont toujours l’occasion de rencontres extraordinaires, de moments de partage forts, d’échanges sur nos traditions et nos coutumes ainsi que les leurs.

Les projets culturels ont donc toute leur place dans ce séjour voué essentiellement au chantier de construction, par cette approche de la culture de « l’autre », nos élèves comprendront mieux l’histoire de ce pays et ses traditions ancestrales, c’est aussi la découverte d’un pays en voie de développement parmi les plus pauvres de la planète, une sensibilisation aux problèmes liés à la pauvreté.

Nous espérons ainsi que le mot solidarité et bénévolat ne resteront pas de vagues notions abstraites et que ce séjour rendra nos élèves plus responsables et citoyens.

après le séjour :


CONCLUSION

Cette mission aura encore une fois permis à des jeunes français en formation BTP de découvrir ce qu’est le bénévolat en s’investissant dans une action de développement durable.

Elle aura été l’occasion de s’enrichir sur le plan technique et culturel et de vivre une expérience dans un contexte différent en collectivité avec des adultes.

Elle aura aussi donné la possibilité à certains de s’affirmer, de s’exprimer, de prendre des responsabilités et de confirmer leur rôle de meneur dans une équipe.

Les actions décidées conjointement avec les autorités locales ont été appréciées par les élus, notables les associations et la population.

Afriq’Energies et le Lycée Pierre Adrien PÄRIS de Besançon ont répondu aux attentes et besoins de la commune de Douroula. Il reste donc aux responsables locaux de gérer, entretenir et faire évoluer les structures mises à leur disposition. En effet, une gestion rigoureuse de ce patrimoine devrait permettre à la commune de réinvestir dans d’autres projets et viser ainsi son autonomie.

Les responsables locaux ont émis une nouvelle doléance à savoir la réalisation d’un forage proche de la zone commerciale et de la gare routière. Ce projet ne relève pas des compétences d’Afriq’Energies qui fera suivre ce souhait à la Ville de Besançon.

Nous remercions toutes les autorités locales, les associations et la population pour leur accueil et leur participation active plus particulièrement le Président de l’ADDD et Issouf SOARE pour leur contribution à la réussite du séjour et également pour leur accueil à Bobo ainsi que KONATE Lassina pour sa disponibilité et son action à Douroula et Lassina KOTE pour sa participation à la conception de la maquette du four.
Nous n’oublierons pas le sérieux de la prestation donnée par Kalifa et Moussa qui ont assuré la surveillance, l’approvisionnement en eau et l’intendance ainsi que les jeune filles qui ont effectué les lessives ; ces personnes ont été rémunérées.

Nous n’oublions pas Bakary SOARE qui a su nous accompagner avec une grande efficacité, beaucoup de diplomatie tout au long du séjour et répondre à nos besoins ainsi que pour l’accueil du groupe à son domicile à OUAGA.

Nous remercions Maurice SANOU, entrepreneur en bâtiment à Dédougou , pour sa collaboration au chantier

Nous tenons aussi à remercier Malachie DAKUYO pour avoir assuré la transmission de nos courriers aux élus locaux, pris les contacts nécessaires et avoir ainsi aidé efficacement à la préparation de notre séjour.

Nous tenons aussi à remercier M FOFANA Demba pour nous faciliter l’arrivée à l’aéroport et les démarches administratives.

Nous remercions vivement tous nos sponsors français : collectivités, administrations, entreprises, associations et particuliers qui grâce à leur soutien ont permis la réalisation de tous ces projets

Adage :
«  le bœuf ne devra jamais dire merci à la prairie et au marigot que le jour de sa mort  »
(On a toujours besoin de l’autre)


NOS PARTENAIRES

Nos partenaires qui ont permis au Lycée et à l’association Afriq’Energies de mener à bien ces projets :
- Au Burkina Faso

- En France


QUELQUES TEMOIGNAGES DES ELEVES SUR LEUR SEJOUR

“Une expérience très enrichissante d’un point de vue professionnel et humain. Nous avons pu découvrir beaucoup de choses et avons un autre regard sur l’Afrique.”
Simon

“Le voyage s’es bien passé, la partie chantier a été enrichissante car nous avons appris à travailler avec peu de moyens matériels. Les villageois sont venus nous aider sur le projet ce qui nous a permis un rapprochement avec la population. Une expérience à vivre !”
Clément

“Globalement ce voyage m’a beaucoup plu. J’ai apprécié la rencontre avec les Burkinabé qui sont très généreux, surtout dans les petits villages, mais aussi la construction avec les maçons burkinabé et l’apprentissage de nouvelles techniques. C’est un pays magnifique et le tourisme avec le groupe a été super enrichissant.
Ce que j’ai apprécié le plus, c’est le campement de Nazinga ou l’on a pu voir toutes sortes d’animaux sur le toit du 4*4. Je ne regrette pas mon voyage et si c’était à refaire j’y retournerais.”
Hugo

“Ce séjour au Burkina Faso a été pour moi une expérience extraordinaire. Un souvenir inoubliable, une découverte sur le mode de vie de ses habitants. La pauvreté dans ce pays m’a terriblement marqué. Cependant, leur joie de vivre reste intacte. La capacité que ces gens ont à réaliser quelque chose avec le peu de moyen qu’ils ont et leur savoir vivre m’ont ébloui.”
Bastien

“Ce voyage humanitaire au Burkina Faso à été très enrichissant, tant au niveau culturel,émotionnel que professionnel. J’ai appris beaucoup de choses et je me suis rendu compte du besoin qu’un pays peut avoir. J’en garde des souvenirs exceptionnels.”
Stevie

“Mon séjour au Burkina Faso a été exceptionnel. J’ai découvert un mode de vie et une façon de penser ainsi que des priorités totalement différentes des nôtres. J’ai énormément apprécié l’intérêt que les populations ont eu pour nous et pour notre travail. Je regrette d’être parti si tôt et j’espère avoir l’occasion d’y retourner.”
Elie

“Les premières choses qui m’ont marqué en côtoyant les Burkinabé sont leur accueil envers nous ils étaient ravis de nous recevoir dans leur village et également leur joie de vivre, ils n’ont rien mais ils ne se plaignent pas de leur condition de vie. Les enfants sont toujours souriants et volontaires pour nous aider.”
Victor

Projet Burkina Faso - opération 2010-2011

Octobre-Novembre 2011,
20 élèves du lycée, 5 professeurs, 2 infirmiers, embarqueront pour une nouvelle expédition au Burkina Faso…

En bref : ce qui s’est passé avant :

Depuis 1987, le lycée du BTP Pierre Adrien PARIS et l’association Afriq’ Energies apportent leur aide au développement de la commune de Douroula et d’autres villages au Burkina Faso, ainsi plusieurs groupes d’élèves ont déjà participé à des actions sur le terrain en apportant leurs compétences dans la réalisation de projets de construction et autres : écoles, dispensaire, puits, four à pain, marché couvert, musée, maquis avec boutiques, pose de panneaux solaires, mise en place de plans de formation, soutien à la création de deux centres de formation professionnelle en bâtiment, actions sur la santé par des infirmiers confirmés et découvertes culturelles du pays.

Ce qui se passera cette fois-ci :

Cette année, nous avons décidé de poursuivre nos actions en réponse aux besoins des villageois tout en veillant à les rendre chaque fois davantage acteurs de leur développement économique local.

Notre action se déroule sur une période s’étendant de septembre 2010 à juin 2012 avec un temps fort de 23 jours sur le terrain, au Burkina Faso, en novembre 2011.

L’équipe organisatrice et les 20 élèves en formation professionnelle en BAC PRO et BTS s’investiront bénévolement pour collecter des fonds et prépareront leur mission sur des temps hors scolaire.

Le programme technique inclura :


Le programme culturel proposera :


Visitez notre site internet : afriq’energies

Projet Burkina Faso

Objectifs :

La mission a permis :

-  d’effectuer le bilan sur les projets réalisée en 2008 avec les élus de la commune de Douroula, Mme la députée et de M. le Ministre de la Coopération Régionale, les représentants des associations locales liées au projet et les utilisateurs des équipements,
-  de vérifier le bon fonctionnement des installations et l’état des constructions déjà réalisées en coopération : boutiques et maquis, latrines eco - compost, musée, boulangerie … et de trouver des solutions pour remédier à certains dysfonctionnements liés à des problèmes humains,
-  de faire le point sur les projets de formation aux techniques de construction et en particulier la fabrication de briques BTC et sur l’utilisation de la presse offerte au village de Douroula,
-  de rencontrer le centre de formation du bâtiment ZAMSGO situé à Pabré avec qui nous avons une convention partenarial pour évaluer les élèves en 1éré année en présence des représentants locaux, des professeurs formateurs et des enseignants français et de faire le point sur les besoins pour l’association Zamsgo France,
-  de rencontrer en tant que coordonnateur de projet les responsables du nouveau centre de formation du bâtiment de SONGRE situé à Ouagadougou qui reçoit un soutien financier de plusieurs établissements scolaires de Franche- Comté, de Berlin et d’une entreprise burkinabé ; d’envisager un éventuel prolongement de notre accompagnement,
-  de rencontrer les enseignants et les élèves de l’école et du collège de Douroula et d’animer un cours ayant pour thème les saisons dans l’un et l’autre pays,
-  de remettre du matériel scolaire, par rapport à une demande précise, à l’école primaire et au collège de commune de Douroula
-  d’étudier les possibilités d’activités culturelles avec l’association Art-Consult et Développement
-  de mettre en place une projet concernant la vente de bouteilles de gaz dans les boutiques
-  d’effectuer le repérage de sites culturels à présenter aux futurs participants au projet

Il a été aussi question de :

-  développer, d’optimiser, de valoriser et de protéger les installations existantes : four à pain, musée, boutiques, maquis …
-  réfléchir à d’autres perspectives de développement durable : effectuer un levé topographique et implanter des parcelles pour la construction d’un lotissement, construire un arrêt de bus avec aménagements pour accueillir des voyageurs en concertation étroite avec les habitants et décideurs locaux ainsi que la possibilité de réaliser un four à réduction de fer avec un archéologue en lien avec le musée
-  préparer la venue d’un groupe de scouts bisontins qui ont pour projet l’achat de vélos pour des enfants vivant loin du collège
-  présenter à notre guide malien un avant projet pour la réalisation d’un hôtel - campement au Mali
-  engager une réflexion entre les acteurs du Nord sur les actions futures et sur le recrutement d’un prochain groupe de participants au projet
-  rendre compte à tous nos bailleurs de fonds du Nord et à nos partenaires du Sud.

Le projet en vidéo

- Fort des ses expériences passées (2001 – 2003 – 2005), Le lycée Pierre Adrien PARIS a organisé en 2008, en lien avec l’association Afriq’Energies, un séjour d’éducation au développement durable et à la solidarité internationale au Burkina Faso. Un groupe composé de 5 professeurs, 3 infirmiers et 22 élèves (Terminales bac pro TP et GO, Terminales BTCA, Terminales BTS TP) s’est déplacé à Douroula pour entreprendre la construction d’un marché couvert, du 27 octobre au 18 novembre 2008. Voici la vidéo du projet :

Le chantier - Le voyage

Nous voilà donc tous bien rentré à bon port, et pour se remettre en mémoire ce périple, ou pour vous présentez le projet, voilà quelques photos qui viendront peut être vous faire voyager un peu.

Le départ depuis l’aéroport de Mulhouse, le 27 octobre :

Ouagadougou, première escale, photo dans la rue :

En chemin vers Douroula, rencontre peu commune :

Installation dans la maison du jumelage de Douroula :

Le matin du premier jour, on est acceuilli par les habitants :

Et Enfin le déroulement du chantier :




Visite du village :

Reprise du chantier :




Ignauguration du Marché :

Départ pour le Mali :

Premier campement :

Dune de sable, et falaise dogon :

Au pied de la falaise :

Depuis le haut :

Le Niger en pinassse à Mopti :

On n’a pas les même oiseaux en France :

Le dimanche à Bamako, c’est le jour de .... Départ :

...

Préparatifs

Comme chaque jeudi soir depuis le début de l’année, le groupe se retrouve afin de préparer au mieux le voyage et le chantier.

Le 16 octobre 2008, alors que les discussions vont bon train concernant l’embarquement à l’aéroport, certains se regroupent autour des plans du marché afin de trouver des solutions techniques pour les points particuliers de la construction.

D’autres sont préposés à l’emballage de colis, une tâche peu évidente ; faire rentrer dans de petits volumes un maximum de choses tout en respectant la masse maxi de 23 kilos.

La fin de la soirée approche... le départ aussi ... A jeudi prochain.

Bientôt le Départ

Fort des ses expériences passées (2001 – 2003 – 2005), Le lycée Pierre Adrien PARIS organise cette année encore, en lien avec l’association Afriq’Energies, un séjour d’éducation au développement durable et à la solidarité internationale au Burkina Faso. Un groupe composé de 5 professeurs, 3 infirmiers et 22 élèves (Terminales bac pro TP et GO, Terminales BTCA, Terminales BTS TP) se déplacera à Douroula pour entreprendre la construction d’un marché couvert, du 27 octobre au 18 novembre 2008.

Article paru dans "L’EST républicain" - 03/10/08

Sur le départ pour le Burkina

Des lycéens de Pierre Adrien Pâris iront trois semaines à Douroula.
Ils y construiront un module pour abriter des commerces.

Le lycée Pierre Adrien Pâris poursuit son accompagnement dans des projets de développement au Burkina avec l’association Afriq’Energies. Un groupe de trente personnes qui sera composé de 22 élèves, 5 professeurs et de 3 infirmiers de IFSI de Vesoul partira le 27 octobre prochain. Durant trois semaines, ils vont participer à la réalisation de différents projets souhaités par la population de Douroula. Parmi ces projets, la construction d’un module qui abritera, entre autres, des boutiques.

Jeudi après, les trois infirmiers de l’IFSI de Vesoul sont venus au lycée Pierre Adrien Pâris pour informer les élèves aux questions de santé. Vaccinations, prévention au menu pour les Terminales bac pro TP et gros oeuvre, les Terminales BTS travaux publics et les Terminales brevet de technicien collaborateur d’architectes qui partiront au Burkina. Etaient présents également les cinq professeurs investis dans le projet : Julien Gory, Gilles Cordier, Sandrine Valdo, Claire Renevier et Marcel Hoeuillard, ce dernier étant par ailleurs président de l’association Afriq’Energies.
Le voyage à Douroula sera aussi l’occasion de rencontres culturelles avec des troupes théâtrales et permettra une découverte de la culture africaine du Burkina et du Mali...

Toutes ces actions ont été préparées pendant l’année scolaire 2007. Et ont nécessité un investissement important des jeunes qui sont partis à la recherche de fonds. A noter enfin : toutes les réunions de préparation ont été faites en dehors du temps scolaire. Générosité et action humanitaire pendant le temps libre.

E.D.
"

paru dans


 Twitter

 Contact


 Webradio

 Pronote
Lycée Pierre-Adrien Pâris - 8, rue Mercator 25000 Besançon - 03 81 47 60 60